Il existe plusieurs types de prêt. Il faut veiller à opter pour celui qui correspond le mieux à votre profil et à votre projet.

Le prêt amortissable ainsi que le prêt relais sont communément les solutions retenues dans le cadre du financement d’une résidence principale.

Le prêt In fine est plus adapté fiscalement au financement d’un projet locatif. Attention, cette solution de financement requiert un haut niveau de garantie.

Il existe d’autres types de prêts complémentaires aux financements bancaires : prêt patronal, prêt PTZ, prêt primo-accédant, prêt bonifié…

Plusieurs types de taux existent : taux fixe, taux variable/capé, taux mixte. Il faut veiller à opter pour celui qui correspond le mieux à votre profil et à votre projet.

Le niveau de taux doit impérativement être en dessous du taux d’usure fixé par la Banque de France.

Le taux seul ne permet pas de comparer un financement à un autre, de nombreuses autres variables entrant en ligne de compte.

Le taux proposé dépend notamment de la région, du projet, des revenus de l’emprunteur, du profil, de la durée de prêt, du niveau de l’apport, des objectifs de la banque…

Chaque prêt immobilier doit être garantie. L’objectif de la banque est de minimiser son risque en s’assurant un remboursement du financement, et ce même en cas d’insolvabilité de l’emprunteur.

La mise en place de la garantie engendre un coût fixe facturé à l’emprunteur à la mise en place du crédit.

Il en existe deux familles : les garanties réelles et les cautions bancaires.

Se porter caution personnelle à un prêt n’a aujourd’hui que peu d’intérêts pour la banque.

La notion d’apport est de plus en plus importante pour obtenir un crédit immobilier.

L’apport influence le niveau de taux dans certaines banques.

Le niveau d’apport pourra être plus faible dans le cas d’un projet locatif.

Également, le niveau de l’apport fera varier le montant de vos mensualités.

L’apport prévu au projet devra être justifier lors de la présentation su dossier aux banques.

Un prêt immobilier peut comporter des options : la modulation et/ou le report des échéances.

Ces options sont la plupart du temps gratuites et utilisables après une durée minimum de remboursement imposé par les conditions générales du contrat de prêt.

L’acceptation de la demande de mise en place d’une option reste cependant à la discrétion à la banque.

Les indemnités de remboursement anticipés facturées par la banque lors d’un remboursement total ou partiel du financement avant le terme du contrat, peuvent être négociées en amont de l’acceptation définitive du financement. Toutes les banques n’ont pas la même politique en la matière.

Toutes transactions et donc transmission de propriété engendre des frais de notaire.

Ces frais sont à prendre en compte lors la détermination d’un budget d’acquisition.

Les frais de notaire sont identiques qu’il y ait un ou deux notaires participants à l’opération.

Ces frais sont constitués en majeure partie de droits prélevés par l’Etat.

Les frais de notaire sont différents en fonction du type de projet (neuf, ancien,…).

Le « reste à vivre » vous permet d’évaluer votre endettement.

Le taux d’endettement n’est qu’un indicateur.

Avant d’emprunter, assurez-vous que vous êtes bien en capacité de rembourser.

En cas de difficultés, essayez tout d’abord de rééquilibrer votre budget et pensez au regroupement de crédit.

Le crédit n’est pas un droit, la banque peut vous refuser un crédit sans à motiver son refus.

Ouvrir un compte bancaire dans la nouvelle banque acceptant votre demande de financement fait partie des contreparties habituellement sollicitées par les établissements bancaires.

Cette banque ou vous-même communiquerez alors vos nouvelles coordonnées bancaires à l’ensemble des établissements virant ou prélevant votre compte.

Il convient alors de ne plus utiliser votre ancien compte (annuler vos virements permanents, restituer vos anciens moyens de paiement, répertorier vos opérations de paiement en cours afin de bien les transférer sur votre nouveau compte).

La clôture d’un compte bancaire est totalement gratuite, le transfert d’un Livret A aussi.

Tout intermédiaire en assurance, banque et finance dispose d’un numéro Orias à 8 chiffres dès lors qu’il commercialise ces produits.

Le numéro Orias figure sur tous les documents commerciaux et d’information y compris en ligne.

Avec ce numéro, vous aurez sur le site www.orias.fr accès à de nombreuses informations concernant l’entreprise et son activité avant de vous engager avec elle.

La gestion de vos comptes bancaires est une des clés du succès de votre demande de financement. Il est donc primordial de suivre régulièrement et scrupuleusement votre compte afin de le maintenir créditeur.

Choisissez les moyens de paiement adaptés et utilisez votre chéquier avec prudence.

Ouvrir un compte épargne et automatiser les dépôts dessus est un plus.

Gardez la maîtrise de votre endettement et préférez le crédit amortissable au crédit renouvelable.

Portez attention à votre « reste-à-vivre » et identifiez votre « saut de charge » afin d’y palier sont également des clés de succès.

Le crédit relais permet l’achat d’un nouveau bien immobilier avant la vente du précédent.

Son montant est généralement de 50 à 70 % de la valeur nette du bien à vendre.

Sa durée : 1 à 2 ans maximum, délai pour vendre votre bien.

Le bien à vendre ne doit pas être surestimé.

Le crédit relais doit être intégralement remboursé, même en cas d’absence de vente.

La Convention AERAS concerne l’assurance de tous les prêts et s’applique automatiquement.

Plus de 96% des demandes avec un risque aggravé de santé reçoivent une proposition d’assurance.

Sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier d’un droit à l’oubli vous dispensant de déclarer des antécédents de santé.

Pour toute information, consultez le site aeras-infos.fr.

Il est consulté pour toute demande de crédit.

Il recense les incidents de remboursement et les mesures de surendettement.

L’inscription est en général de 5 ans mais peut atteindre 7 ans.

Pour en sortir, il faut régler les sommes dues.

L’assurance peut prendre en charge le remboursement total ou partiel de votre prêt selon le contrat.

Différents risques peuvent être couverts : décès, invalidité, incapacité de travail, perte d’emploi.

Vous pouvez souscrire auprès de votre établissement de crédit ou de l’assureur ou courtier de votre choix.

Soyez toujours sincère.

Anticipez la recherche de l’assurance surtout si vous pensez qu’elle sera difficile à obtenir.

Le PTZ est destiné à la résidence principale.

Les intérêts sont pris en charge par l’Etat.

Il complète un prêt bancaire.

Le montant (maximum 345 000 €) est plafonné à 40 % de votre opération.

Ses remboursements sont différés jusque maximum 15 ans.

Vous avez un projet ?

N’attendez plus, parlons-en !